Plateformisation, le terme peut sembler aride, et si aujourd’hui tout le monde saisit bien ce qu’est une plateforme, le terme de plateformisation est moins évident. Pourquoi dit-on que l’économie se « plateformise » et quelles entreprises cela concerne-t-il ? En fait, le terme recouvre deux réalités. D’une part, la tendance des consommateurs à recourir à des plateformes pour effectuer leurs achats ou échanger, et de l’autre celle des entreprises traditionnelles à adopter une organisation proche de celle de ces fameuses plateformes. DropCloud vous explique…

plateformisation

Plateformisation de l’économie

La digitalisation de l’économie et la nécessité pour les entreprises de s’adapter à un rythme toujours plus rapide ont conduit à l’émergence de services de mise en relation baptisés plateformes. Il en existe de plusieurs types : sites de streaming, places de marché, service d’échange de logements ou de covoiturage… Mais le principe est toujours le même. L’entreprise ou le vendeur confie à la plateforme sa communication et sa relation client. La plateforme fait le lien entre clients et fournisseurs, loueurs et propriétaires, etc. Elle-même ne produit ni ne possède pas les biens et les services mis à disposition.

La plateforme fonctionne selon le principe de l’effet réseau : plus le réseau d’utilisateurs est grand, plus l’offre proposée est importante, plus le service est de qualité. On comprend dès lors qu’il existe une inévitable « prime au premier » : l’entreprise qui la première se positionne comme plateforme de référence aura tendance à éclipser toutes les autres. Les exemples d’Amazon ou de BlaBlaCar sont assez parlants. Ce phénomène s’observe d’ailleurs pour les différents types de plateformes. Parmi ceux-ci, les réseaux sociaux, où l’un apparaît toujours comme dominant : Facebook, puis Instagram, puis TikTok… Il existe également des plateformes dites « interactionnelles », qui mettent en relation deux acteurs : Indeed, AirBnb… Et enfin, des plateformes transactionnelles, comme Amazon, Alibaba ou Rakuten.

Aujourd’hui, il est difficile d’envisager le commerce en ligne sans ces acteurs incontournables. Alibaba représente 80 % du e-commerce en Chine, et Amazon 47 % aux États-Unis. Dès lors, on comprend que ce modèle ait inspiré les entreprises traditionnelles, fondées sur les échanges physiques.

Plateformisation des entreprises

Pour opérer leur plateformisation, les entreprises traditionnelles vont modifier leurs structures et leurs process pour s’adapter au contexte de la digitalisation et à la suprématie du on demand, cette exigence d’immédiateté et de disponibilité émise par les consommateurs. Une entreprise plateformisée s’appuie sur des technologies et une organisation qui lui permettent de proposer de nouveaux services et d’interagir toujours plus avec ses collaborateurs, ses clients, ses fournisseurs. Ainsi Uber, par exemple, met en relation 3 millions de chauffeurs avec 100 millions d’utilisateurs, mais aussi avec des banques, des réseaux sociaux, des systèmes d’information routière…

Il ne s’agit donc pas simplement de vente en ligne, mais plutôt de création de « plateformes multifaces », modèle qui concerne également l’organisation interne de l’entreprise. Décathlon, par exemple, propose depuis quelque temps un service de location longue durée de son matériel sportif. Cette initiative vise les acheteurs traditionnels, mais aussi les marques et les clubs sportifs.
Le modèle touche bien entendu la grande distribution et Carrefour ou encore Walmart proposent désormais des plateformes couvrant l’ensemble des attentes des consommateurs. Mais les entreprises industrielles suivent le mouvement, même si cela paraît moins évident. Ainsi de Toyota avec sa plateforme de location Toyota Material Handling, ou bien Airbus dont la plateforme Satair fournit et distribue des pièces aéronautiques sur mesure.

Sur quoi reposent ces initiatives ? La réponse est simple ; c’est la « prime au premier ». Si elles ne le font pas, d’autres prendront leur place.

Les enjeux

Devenir une plateforme, c’est pour une entreprise s’assurer un avenir économique en dépit des fluctuations des tendances. La plateforme en ligne s’adapte à tout volume d’activité, sans que cela impacte son niveau de performance. Une plateforme bien positionnée devient tout simplement un intermédiaire incontournable dans son domaine d’activité.
Pour une entreprise traditionnelle, ce n’est pas forcément évident. Cela demande un énorme effort d’adaptation, notamment sur le plan informatique. De plus, le système mis en place doit rester ouvert, de façon à pouvoir ajouter à tout moment de nouvelles « briques » de services. Si dans un premier temps ont peut imaginer une organisation numérique légère se surajoutant à l’ancien système, il faut à long termes intégrer toutes les données et applications dans un modèle « cloud » plus souple et adaptable.

Quoi qu’il en soit, la plateformisation n’est plus une option. Selon McKinsey, en 2025, les marketplaces devraient représenter 30 % de la valeur créée par les entreprises. C’est un enjeu d’efficacité mais aussi de visibilité, car la communication des marques passe désormais par les plateformes. Et comme elles ne peuvent lutter contre ce modèle, il faut bien qu’elles l’intègrent !

Réussir sa plateformisation

Pour réussir sa plateformisation, il faut pouvoir s’appuyer sur des outils solides. DropCloud met à la disposition des entreprises ses services WeDrop et WeSend, disponibles pour les entreprises et pour les professionnels de santé. WeDrop est une application de travail collaboratif que vous pouvez ouvrir à vos collaborateurs comme à vos clients ou à vos fournisseurs. Elle vous permet de créer une plateforme d’échange personnalisable avec partage privé ou public des fichiers et traçabilité totale. WeSend est le complément indispensable qui vous permettra d’échanger des dossiers volumineux. Ces solutions sont simples, ergonomiques et souples d’utilisation. Leur interface administrateur permet de les piloter très facilement. Elles sont de plus entièrement sécurisées et vous permettront de vous développer en toute conformité avec la réglementation en vigueur.

Published On: 24 janvier 2023 / Categories: DropCloud /

About the Author: Olivier CARRE